29/10/2004

Quelqu'un m'a dit...

Elle: je n'aime pas les jupes, ça ne me va pas, toute façon rien ne me va....
Lui: Toute façon toi ce qui te va le mieux c'est l'air....pas besoin de plus pour te rendre jolie...
 

17:45 Écrit par Essenti"elle" | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

bisou vous

;))

Écrit par : BT | 29/10/2004

:) Inspiré de la fille de l'air de Jules Verne (qui savait qu’il était aussi poète)
Je suis brune et charmante,
Ailée et transparente,
Sylphe, follet léger, je suis fille de l'air,
Que puis-je avoir à craindre ?

Je vole sur la nue ;
Aux mortels inconnue,
Je dispute en riant la vitesse aux zéphirs !
Il n'est point de tempête
Qui pende sur ma tête ;
Je plane, et n'entends plus des trop lointains soupirs.

Je vais où va l'aurore ;
Il me retrouve encore
Aux mers où tout en feu se plonge le soleil !
Quand son tour le ramène,
Prompte, sans perdre haleine,
je le rejoins, c'est moi qu’il salue au réveil.

Qui suis-je ? où suis-je ? où vais-je ?
N'ayant pour tout cortège
Que les oiseaux de l'air, les étoiles aux cieux ?
Je ne sais ; mais tranquille,
Aux penseurs, indocile,
Je m'envole au zénith, au fronton radieux !

Parfois je suis contrainte ;
Mais c'est la molle étreinte
De l'amour qui me berce en ses vives ardeurs !
J'en connais tous les charmes ;
J'en ignore les larmes,
Et toujours en riant, je vais de fleurs en fleurs

Vive, alerte et folâtre
De l'air pur idolâtre
Je vole avec Iris aux couleurs sans pareil ;
Souvent je me dérobe
Dans les plis de ma robe
Faite d'un clair tissu des rayons du soleil.

Souvent dans mon courage,
Je rencontre au passage
Une âme qui s'envole au céleste séjour ;
Je ne puis, bonne et tendre,
Lorsqu'elle peut m'entendre,
Ne pas lui souhaiter vers moi le gai retour !


Je suis jeune, et suis belle ;
Je suis « elle », essentielle !
A mes traits si limpides
L'honneur mettrait des rides ;

J'ai quelquefois des anges,
Car leurs saintes phalanges,
Je les suis en priant ; plus prompte que l'éclair ;
Sans leur porter envie,
Je préfère ma vie :
Rien n'est si doux aux sens que de nager dans l'air.

Si le sommeil me gagne,
Ma couche m'accompagne,
Couverte d'un manteau brodé de bleus saphirs ;
Dans les flots de lumière,
Je ferme ma paupière,
Laissant flotter ma robe entrouverte aux zéphirs.

Écrit par : imagine | 29/10/2004

ton avis m'intéresse Elle :) et puis si ce soir... je te donnerai un autre lien :)

Écrit par : imagine | 31/10/2004

Cette phrase me dit quelque chose peut-être bien que c'est moi qui l'ai dite. Pas l'habitude de dire de jolies choses moi, c'est en général simple, je sais pas jouer avec les mots. Content que ça te touche et vivement que je te revois dans cet habit si joli!

Écrit par : *** | 05/11/2004

Les commentaires sont fermés.